Ramener la République dans les quartiers populaires

Poser la question, c’est noter sinon une absence, du moins une présence insuffisante de la République. S’il est facile d’identifier les quartiers populaires dans l’espace français, la vraie question, n’est elle pas alors la suivante : de quelle République parle-t-on ? Après tout, le modèle républicain a évolué au gré des rapports de forces politiques et des cycles historiques. Ce n’est pas tant la République comme mode de pouvoir et d’organisation politique (le citoyen, la loi, les droits et les obligations) qu’il faut ramener dans les quartiers populaires, mais l’application de ses principes et de ses valeurs, trop souvent bafoués. D’ailleurs, le monde regorge d’exemple de républiques tantôt conservatrices, laïques, démocratiques et populaires, tantôt islamiques, fédérales ou unitaires. La République romaine de l’Antiquité s’accommodait même d’une minorité de patriciens et d’un grand nombre d’esclaves.

Pour un droit à la ville ….durable ! Maîtrisons et verdissons les réseaux de chaleur

Les images télévisuelles du bilan portant sur le débat national sur la « transition énergétique » sont éloquentes ! Alors que ce débat de 9 mois se voulait la démonstration d’une démocratie participative renouvelée (ONG, élus, experts, entreprises, état), c’est bien le « dissensus » qui ressort gagnant après les échecs ou les disonnances des grands sommets internationaux, celui de Copenhague en tête. Et si le « penser global et agir local » était notre avenir. Ce sont les collectivités comme les initiatives citoyennes qui peuvent être le fer de lance de cette révolution « verte ». Elles peuvent agir au quotidien et dans la proximité.